Le mythe du plus Grand : Comment Cassius Clay est devenu Mohamed Ali.

Maohamed Ali est le mythe du boxeur le plus doué de l'histoire.


On s'en douté qu'il allait devenir champion Olympique en cette année 1960. Sous son nom civique Cassius Clay, il s'était fait remarqué par son talent et par la grande confiance en soi qu'il possédait. Mais, ça n'a pas toujours été ainsi...


5 septembre 1960, les gagnants des Jeux olympiques

Sa peur la plus profonde.

Il a fallu un moment jusqu'à ce que le jeune homme comprenne que l'on ne pouvait pas partir à Rome en train. En tout cas, pas depuis Louisville dans l'état du Kentucky. Durant quatre heures, Joe Martin, son coach, essayait de persuader le jeune homme, qui était assis à côté de lui à Central Park. Même Joe était désespéré. Le jeune homme devait aller décrocher la médaille d'or pour son pays au Jeux olympiques mais il faisait dans son froc sur le banc du parc.


Lui, Cassius Clay. Le Boxeur. Le Hardi.

Il finit par prendre l'avion cet été de 1960. Son entraineur l'aurait même menacé. S'il ne s'était pas rendu à Rome et s'il n'avait pas concourru, il pouvait faire une croix sur le titre de champion du monde.

Clay, à peine 18 ans, prit son vol vers l'Italie mais accroupi dans le couloir, il priait. Sa peur de voler était si grande, qu'il portait sur le dos un parachute, qu'il avait au préalable acheté dans un magasin militaire.

La reconnaissance pour " le plus grand de tous les temps "

Cassius Clay changea son nom en Mohamed Ali, rejetant ainsi un nom qu'il considérait comme étant celui d'un esclave.


En 1964, il a battu Sonny Liston, considéré comme imbattable, le rouant de coups à un tel point qu'après le septième round, Liston devait rester assis dans son coin du ring.




Il découpa par la suite George Foreman à Kinshasa et vainquit Joe Frazier à Manille. Ali est devenu un mythe vivant, le " plus grand de tous les temps ". Et quand il alluma la flamme olympique aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996. Des millions de personnes ont pleuré devant leurs télévisions.

Sa carrière avait belle et bien débuté à Rome. Elle reste inoubliable. Cassius Clay avait tout d'abord terrassé Yvon Becaus et Gennadi Schatkow, puis Tony Madigan et pour finir en finale le polonais Zbigniew Pietrzykowski.

" Je vous le dis ici et maintenant, il n'y a pas de si et il n'y a pas de mais. Je sais juste que je vais battre ces gars " dit Cassius Clay en marchant dans le village olympique

La finale à Rome :



Les athlètes adoraient ce jeune orateur de Louisville, peut-être parce qu'il n'y avait pas d'arrogance dans ses mots mais seulement la conviction naïve d'un adulte pur.



La #DUNKNATION vous propose de recevoir des informations sur ses actions, son développement et l'actualité. 
Cette inscription fait de vous un citoyen de la #DUNKNATION où que vous soyez dans le monde.

#DUNKNATION NEWSLETTER

© #DUNKNATION 2020
#DUNKNATION une propriété et marque déposée par la société DUNK-EVENTS 

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon